Christoblog

The ghost writer

Ewan McGregor. Pathé DistributionDifficile de comprendre l'emballement médiatique autour de ce film, si ce n'est de l'analyser à la lumière de la situation personnelle de Roman Polanski.

 

L'intrigue de The ghost writer est en effet bien maigre, voir maigrichonne. Franchement, on se fout un peu de ce qui se passe et le twist final nous laisse indifférents d'autant qu'il est curieusement anti-spectaculaire (c'est un twist qui révèle une vérité moins scandaleuse que la version qui existe dans notre esprit au moment où il se produit).

 

Les arabesques du scénario, si elles ne sont pas palpitantes, sont en plus un peu tirées par les cheveux, à l'image de l'assemblage improbable aboutissant à la révélation finale.

 

Reste le reste, qui tient la route. Une mise en scène stylée (qui abuse peut-être des gros plans sur le visage d'Ewan McGregor, il est vrai assez séduisant avec sa houpette et sa naïveté tintinesque). Des décors et paysages expressifs et bien exploités. Des acteurs assez bons dans l'ensemble. Quelques scènes très réussies, par exemple celle(s) avec le ferry. L'arrivée dans l'île, et l'atmosphère étrange qui y règne, rendent la première partie du film assez plaisante.

 

Un film académique, dont j'ai du mal à dire beaucoup de mal. Ou de bien. Un peu comme les derniers Eastwood.

 

Voir les résultats du match The Ghost Writer / Shutter Island.

 

2e 



Commenter cet article

Cinema lausanne 01/02/2011 00:01

Je ne dirai qu'une chose: The Ghost Writer est sacré p**** de CHEF-D'OEUVRE !

Gabriel 20/03/2010 14:47

C'est vrai que le film ne mérite pas un tel tabac, mais franchement je trouve pas qu'on s'ennuie, au contraire... la qualité du film me semblait évidente (dialogues, personnages, lieux, suspense, bien exploités).

C'est loin d'être grandiose (peut être est ce ce qui vous chiffonne tant, proportionnellement aux critiques presse), rien à voir avec la virtuosité de shutter island par exemple, mais c'est vraiment un bon film. C'est bien fait, c'est bien joué, c'est agréable et c'est malin. Contrat rempli.

fredastair 12/03/2010 19:49

à chris et à mympComme toi Chris, comme toi mymp (et non, vous n'êtes pas les seuls!) j'ai du mal à adhérer à cet engouement sans bornes de la presse et d'Internet, pour une oeuvre qui, si elle reste très plaisante, n'en est pas pour autant un "impérissable chef d'oeuvre", ni "le plus grand film de Polanski depuis Chinatown" (comme si "Le locataire", "Tess" ou "Le Pianiste" n'avaient jamais existé... pff).

Difficile d'expliquer un tel engouement autrement que par la situation actuelle de Polanski. On peut comprendre cet élan de sympathie envers un homme reclus par la faute d'une justice absurde, mais il est un peu regrettable qu'elle s'exprime par la voie détournée (et assez hypocrite) de dizaines de critiques dythyrambiques sur "The ghost-writer". De quoi nous gâcher presque notre plaisir de cinéphile!

En ce qui concerne le film lui-même, je serais un peu plus indulgent que vous deux : "The ghost-writer" n'est pas très nerveux, certes, et ses ficelles dramatiques sont grosses comme des câbles (ma préférée restant le coup du GPS, très très drôle), mais il est bien mené et d'une ironie délicieuse. Les dix dernières minutes sont tout bonnement géniales (dommage que le film ne soit pas du même niveau) et Ewan McGregor est impec.

Il y avait là un gros potentiel, et Polanski n'en est pas arrivé à bout ; demeure un bon film policier, sans plus.

heavenlycreature 09/03/2010 18:31

C'est sur qu'il y a des trucs un peu gros... mais bon, ça marche quand même vachement bien... et la mise en scène est très élégante. Pour ma part, une excellente surprise!

Chris 09/03/2010 16:53

Je n'étais pas dans un mauvais jour, au contraire. Mais la bêtise du scénario m'a laissé pantois. Exemple : ceux qui élimine le premier Ghost Writer (Emmet ? Ruth ?) ne nettoient pas sa chambre ! Ou alors encore mieux : en 10 minutes sur Google (bonjour la pub gratuite) et en tapant Mr X + CIA on apprend des trucs de ouf ! Le père du soldat tué se promène tranquillement partout sans surveillance (Hôtel local, sortie de résidence, toit de l'aéroport)... je pourrais poursuivre comme ça longtemps. Le scénario n'est pas crédible, c'est la vérité !