Christoblog

Ghibli Museum, Mitaka, Japon

Ghibli 1J'y étais (la preuve à gauche).

D'abord, il faut réserver sa place de France, par le biais d'une agence spécialisée. ensuite il faut se débrouiller pour trouver le bon train au départ de Tokyo (Chuo line) qui part de la bonne gare (Shinjuku) vers la bonne direction. Puis s'arrêter au bon endroit (Mitaka, à 20 minutes de la capitale) et trouver enfin le bus. Tout un parcours initiatique pour les vrais fans de Miyazaki : pénétrer dans l'antre du créateur de Totoro se mérite.

Ce qu'on visite est bien un musée, et non les studios eux-mêmes.

L'ambiance est très cohérente avec les oeuvres du maître : passage un peu mystérieux où les adultes doivent se pencher pour accéder à des pièces minuscules, escaliers de fer forgé, ascenseurs apparents, vitraux vieille Europe représentant si on les regarde de plus près les dessins animés du studio.

Au rez-de-chaussée on voit des installations spectaculaires et belles qui montrent comment fonctionne un dessin animé à l'aide de stroboscopes (sacrée persistance rétinienne !).

A l'étage ce sont les oeuvres du studio Ghibli qui sont évoquées à travers des dessins préparatoires, des aquarelles (magnifiques !), des planches peintes, des storyboards (eh oui, vous êtes vraiment là au coeur de la création). Le tout est présenté dans des pièces simulant les bureaux ou ateliers des artistes : cendriers débordants, nombre de livres sur l'Europe occidentale impressionnant, maquettes de machine volante, anciennes gravures, nuanciers, pots de verre remplis de centaines de crayons de couleur, etc.

Les tout petits trouvent des aires de jeu où s'amuser, dans le chat-bus de Totoro par exemple, transformé en peluche géante.
 
L'architecture est sympa, faite de recoins, de fresques bizarres, et de plein de détails à rechercher : petits personnages Ghibli 2dissimulés, lézard peint sur un mur...

Dans une vraie de salle de ciné on voit un court-métrage inédit reprenant les personnages et le monde de Totoro : les chat-bus se transforment ici en TGV, en mille et une pattes, en Air-chat-bus, conduisant jusqu'à un félidé monstrueux caché au sein d'une forêt (presque) impénétrable et dont le visage à l'expressivité de la grand-mère dans Le voyage de Chihiro. 

L'orage menace, on nous interdit de nous rendre sur la terrasse (cf photo ci contre, vous remarquez les robots métalliques issus si je ne me trompe pas du Château dans le ciel), donc j'achète des peluches de Totoro (la star absolue du musée) et une maquette du fameux avion de Porco Rosso : un Savoia S 21 un peu trafiqué. Vous pouvez aussi acheter une réplique du fusil de Nausicaa pour la modeste somme de ... 2000 euros.

C'est beaucoup plus petit et plus beau que Disneyland, et mille fois plus classe.

 

4e

Commenter cet article

Jujulcactus 07/09/2010 15:03

o_o Trop bien ... J'aurais dévaliser la boutique je crois !!! XD J'espère qu'il y avait des Hihns (le tas de poil dans le chateau ambulant!!!!) Il me fait trop tripper !! Bon Ok j'arrête ... Je me calme ... Mais qu'est ce que je t'envies :p Le retour en France a pas du être évident, c'est bon de casser la routine :)
Bonne fin de journée

ffred 04/09/2010 19:06

J'ai fait un peu l'intérieur dans les Alpes japonaises et la côte du nord, en effet très différent des villes. Kyoto est plus à taille humaine que Tokyo. Tu as fait quel circuit ?

Chris 30/08/2010 19:12

Ouais j'ai adoré. Délirant, en même temps un peu maniaque. Propre, comme une Suisse en Asie, poli, serviable, beau. Ca me correspond bien. Hum. Il faut dire que je suis un fan du cinéma et de la littérature japonaise depuis tout petit. Je mettrai bientôt un lien sur le blog qui montrera quelques photos. Mon rêve : y retourner pour approfondir le côté campagne.

ffred 29/08/2010 19:02

Et le Japon en général ca t'a plu ? J'y suis allé en 2005, très beau voyage !

Jérémy 27/08/2010 20:59

Petit chanceux !