Christoblog

Le gamin au vélo

Cyril à presque 12 ans. Son père l'abandonne dans un centre spécialisé. C'est un enfant très difficile jusqu'au jour où il croise le chemin de Samantha, qui le prend en affection.

A partir de cette trame épurée, les frérots belges tissent leur toile habituelle, à partir d'ingrédients bien connus. 

D'abord des acteurs remarquables. Comment Cécile de France pouvait elle être si mauvaise dans le calamiteux Au-delà et si bonne ici ? Pataude et élégante à la fois, avec une pointe d'accent belge, véritable roc d'énergie positive, elle est magnifique. Le jeune Thomas Doret, en truite indisciplinée qui file entre les doigts des éducateurs spécialisés, est très convaincant lui aussi. Et quelle émotion de revoir Jérémie Renier en père indigne, lui qui fut découvert adolescent par les réalisateurs voici 15 ans dans La promesse.

Ensuite une mise en scène irréprochable, avec une caméra très proche des acteurs, qui semble capter la moindre émotion. Et puis un élément qui m'a particulièrement marqué dans ce film, c'est l'extrême qualité du montage et le rythme très enlevé du film, ce qui n'est pas toujours le point fort des Dardenne.

Enfin un scénario qui semble exacerber les tensions entre personnages, puis les décomprimer brutalement à travers une résolution inattendue, avant de les retendre avec encore plus de violence qu'avant. Remarquable, jusqu'au dénouement final, fort étonnant.

Si ce n'était une certaine impression de déjà vu et quelques points de détails (les virgules musicales qui ne collent pas vraiment à la sobriété du film, quelques scènes un peu plus faibles que les autres - comme celles impliquant le copain de Samantha), le film serait tout proche de la note maximale.  

 

3e

 

Commenter cet article

Hallyne 21/05/2011 22:30

J'ai bien aimé aussi. Un film qui sait rester simple et vrai.

Jérémy 20/05/2011 19:01

Tout à fait d'accord.

Bob Morane 19/05/2011 16:33

Tout à fait d'accord sur ta critique, un très beau film, une excellente Cécile de France, un magnifique Jérémy Rénier et une palme pour le jeune Thomas Doret.

Phil Siné 19/05/2011 11:34

eh bien je n'ai même pas tes réserves pour ma part... un très beau film, étonnamment optimiste pour du dardenne !

Gagor 17/05/2011 22:49

Non seulement ça donne envie, mais en plus quel plaisir de lire, de ta part, du bien de Cécile de France, que je tiens encore en estime, malgré le dernier Eastwood!