Christoblog

Etreintes brisées

Penélope Cruz. Sony Pictures ClassicsC'est sûr que ce n'est pas avec ce film qu'Almodovar pouvait espérer gagner la Palme d'Or.

Oh, il n'est pas mauvais, ce n'est simplement pas le plus abouti de son auteur, loin de là. Moins alerte que Volver, moins complexe que La mauvaise éducation, moins intense que Parle avec elle, Etreintes brisées souffre un peu d'anémie.

On s'intéresse d'assez loin aux personnages, sans que je sache bien expliquer pourquoi : peut être sont ils trop caricaturaux dans leur ensemble à l'image du fils gay Ray X et même dans une certaine mesure du personnage de Lena elle-même.

De temps à autre, Almodovar, qui semble globalement tourner ce film avec le frein à main serré, se lâche et redevient un immense cinéaste le temps d'une scène (lorsque Pénélope "double" son propre personnage projeté sur l'écran par exemple, une scène sublime, ou lors des travelling latéraux entre Harry et celui qu'il ne sait pas être son fils, ou en filmant simplement des draps). Penélope Cruz et Pedro Almodóvar. Sony Pictures Classics

Un petit creux donc (relatif, un Almodovar moyen est aussi bon qu'un bon Eastwood) à mon sens dans la carrière de l'espagnol, en forme d'hommage passionné à Penelope Cruz, et un peu limité par cela peut-être. Pedro devrait peut-être se ressourcer en allant voir ailleurs et autre chose, comme Woody Allen l'a fait en allant tourner 3 fois en Angleterre, puis une fois en Espagne. Almodovar à New York, ça aurait de la gueule, non ?

A voir quand même bien sûr, ne serait-ce que pour voir Penelope en blonde.

 

3e

Commenter cet article