Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Christoblog

Dark shadows

Burton fait du Burton.

Il prend ses acteurs fétiches (Johnny Depp, Helena Bonham Carter) et leur fait faire les mimiques habituelles. Depp reprend donc sans efforts une partie de sa composition du Chapelier Fou dans le désastreux Alice. Le reste est à l'avenant, dans un registre qui flirte constamment avec l'auto-citation : gargouilles en carton pâte, fantômes transparents, plans de coupe sur les vagues déchaînées, enfance brisée et incomprise, filtres colorés, etc.

Le ton du film a la prétention d'être léger, il ne parvient qu'à être inconsistant.

Le contraste entre le XVIIIème siècle et les années 70 aurait pu être beaucoup plus habilement développé qu'il ne l'est ici, réduit tristement à des clichés et à un concert ....d'Alice Cooper (!?!).

Le scénario est flasque et personne n'y prêtera attention probablement. On vient maintenant dans les films de Burton un peu comme on visite la maison hantée de la fête du village : on ne sait pas trop pourquoi on y va (rire, avoir peur ?), on trouve ça de plus en plus kitsch en vieillissant, on est toujours déçu, mais on y retourne.

Le plus triste est le manque d'imagination qui semble avoir atteint Burton : aucune fulgurance, aucun éclat brillant d'imagination. La scène - très physique - d'amour entre Barnabas et Angélique n'exploite qu'une idée, en la répétant une vingtaine de fois. C'en est presque pitoyable.

Au final j'ai eu l'impression de voir un long clip paresseux. A éviter donc, même si une seule raison peut (peut-être) justifier de voir le film : les robes d'Eva Green (et surtout la rouge).

 

1e

 

Commenter cet article

C
Légèrement chamboulé toi aussi par ce concert d'Alice Cooper qui arrive vraiment mal à propos ?
On a envie de dire : tout s'effondre. Alice Cooper, Tim Burton... Ce ne sont plus des valeurs sûres.
Répondre
C


Oui, ce concert sent le rance !



P
Ah, la robe green d'Eva Rouge... euh non, l'inverse. Je ne suis pas si dur que toi, mais bon, c'est un peu mou du genou tout ça.
Répondre
C


Très drôle le coup de la robe, je regrette de ne pas y avoir pensé... Je suis dur, mais qui aime bien chatie bien.



C
Entièrement d'accord. Burton ne se renouvelle pas, et ça me lasse, et je ne suis visiblement pas le seul. Reste encore et toujours un univers travaillé, une bonne réalisation et un Johnny Depp
fidèle à lui-même, mais le scénario, putain, on dirait que Burton l'a bâclé comme un cancre bâcle son DM d'histoire..
Répondre
B
La deuxième diffusion a modéré mon enthousiasme premier, même si je ne le trouve pas nul à ce point, mais pas aussi extraordinaire que ça. Eva est magnifique en effet, et heureusement qu'elle est
là... muh M'a énervé aussi les publicités pour un fast food et autre pétrolier.
Répondre
C


Ha oui, la pub pour McDo, quelle honte !



N
C'est effectivement du Burton, mais du bon Burton. Reproche-t-on à Lynch de faire du Lynch ? Pour ma part je ne m'en lasse pas. D'autant qu'il joue ici avec son univers, et qu'il l'enrichie. Une
belle réussite.
Répondre
C


Oui pour ma part je reproche à Lynch de faire du Lynch, à Allen de faire du Allen, au Coen de faire du Coen, etc... On peut pas reprocher à Cronenberg par contre de faire du Cronenberg, cf A
dangerous method.