Christoblog

Cannes 2012 : mon bilan

long4.jpg

Premier constat, les 5 premiers films de mon classement (cf ci-dessous) sont réalisés par des Français. Tant mieux, d'autant que je parie sur un gros succès en salle de Camille redouble, tant le film est à la fois émouvant et drôle, un peu à l'image de La guerre est déclarée. L'accueil du public cannois semble d'ailleurs avoir été le même dans les deux cas.

Deuxième évidence, la sélection officielle était d'un faible niveau cette année. Trop de films US mainstream et peu originaux (Lawless en est l'exemple type, et sa présence en compétition est même choquante). Trop de ratages pour ceux qui tentent (Reygadas, Cronenberg, Kiarostami). Toute la sélection semble d'ailleurs marquée par un manque évident d'originalité (dans les scénarios, les sujets traités, la mise en scène), dont le symbole pourrait être La chasse, un film dont chaque plan annonce le suivant. Pas d'humour non plus, ni de films de genre. Tout cela fait à dire vrai un peu vieillot et triste. Le joyau Holy motors heureusement a sauvé la semaine, comme l'intelligence et l'audace du jeune Resnais (90 ans !). Mungiu et Losnitza sont deux grands réalisateurs, et leur propos, presque métaphysiques, ont une profondeur qui les démarquent des autres concurrents. Leur deux films, bien que trop longs, resteront dans les mémoires. 

Troisième point : les sections parallèles sont apparues du coup comme des réservoirs d'excitation et de découvertes. La Quinzaine des réalisateurs en particulier a joué avec un franc succès la carte de l'humour avec des films à la fois amusants et profonds. Camille redouble, The we and the I, Rengaine, Sightseers et No font rire, sourire, et réfléchir à des degrés divers. De même, les films qui ont fait le buzz sur la Croisette se trouvaient plutôt à Un certain regard qu'en sélection (Les bêtes du Sud sauvage de Benth Zeitlin, Antiviral de Brandon Cronenberg, Laurence anyways de Xavier Dolan, Le grand soir de Délépine / Kervern). Si Thierry Frémeaux avaient mis ces quatre là en sélection, cette dernière aurait pris un bon coup de jeune.

 

Et maintenant mon classement, en attendant la Palme ce soir (qui devrait en toute logique aller à Carax, mais dont je crains qu'elle ne soit attribuée au clip promotionnel pour l'euthanasie d'Haneke) :

 

4e

Holy motors, de Léos Carax

Camille redouble, de Noémie Lvovsky (QR)

The we and the I, de Michel Gondry (QR)

Vous n'avez encore rien vu, d'Alain Resnais

3e

Rengaine, de Rachid Djaïdani (QR)

Au-delà des collines, de Christian Mungiu (prix du scénario et double prix d'interprétation féminine)

Dans la brume, de Serguei Losnitza

In another country, de Hong Sang-Soo

La part des anges, de Ken Loach (prix du jury)

The paperboy, de Lee Daniels

Sightseers, de Ben Wheatley (QR)

No, de Pablo Larrain (QR)

2e

Io e te, de Bernardo Bertolucci (HC)

Le repenti, de Merzak Allouache (QR)

Gimme the loot, d'Adam Leon (UCR)

Gangs of Wasseypur, de Anurag Kashyap (QR)

For love's sake, de Takashi Miike (HC)

Noor, de Cagla Zencirci et Guillaume Giovanetti (ACID)

Mud, de Jeff Nichols

Trois mondes, de Catherine Corsini (UCR)

Amour, de Michael Haneke (Palme d'or)

Lawless, de John Hillcoat

1e

Cosmopolis de David Cronenberg

Le goût de l'argent, de Im Sang-Soo

La chasse, de Thomas Vinterberg (prix d'interprétation masculine)

La Sirga, de William Vega (QR)

Sur la route, de Walter Salles

Miss lovely, de Ashim Ahluwalia (UCR)

3, de Pablo Stoll Ward (QR)

Post tenebras lux, de Carlos Reygadas (prix de la mise en scène)

Like someone in love, d'Abbas Kiarostami

 

HC : Hors compétition

UCR : Un certain regard

QR : Quinzaine des réalisateurs

 

Commenter cet article

armelle 01/06/2012 14:02

Il parait que ce n'était pa folichon Cannes cette année. Triste, froid et sans souffle, ni inspiration. Un seul film me tente vraiment : le dernier Resnais car j'aime la plupart de ses films et
qu'il semble avoir sauvegardé une formidable faculté d'émerveillement. A son âge, chapeau.

Chris 02/06/2012 23:19



Oui c'était triste et austère à l'image de deux bons films, pas drôles drôles : le Mungiu et le Loznitsa. Les trois films français, Resnais, Carax et Audiard m'ont beaucoup plu tous les 3.



neil 30/05/2012 14:43

Belle expérience en tout cas j'imagine, il faudra que tu me raconte tes off un jour. J'ai tout de même hâte de voir pas mal de films des sélections.

Chris 31/05/2012 07:02



Je vais faire un article sur mon blog pour raconter comment j'ai pu aller voir quasiment tous les films en sélection sans être habilité...



Rémi 28/05/2012 10:04

Déçu aussi par le Cronenberg... Ma critique ici : http://ilaose.blogspot.com/2012/05/cosmopolis.html

pierreAfeu 27/05/2012 19:13

Ah, ok... J'avais pas compris ;)

pierreAfeu 27/05/2012 18:26

C'est rigolo : tu as oublié De rouille et d'os dans ta liste...

Chris 27/05/2012 18:39



Ben non, j'ai pas oublié, je ne parle là que des films vu à Cannes. Il n'y a donc ni De rouille et d'os ni Moonrise kingdom, qui auraient tous deux dans le paquet ****