Christoblog

Camping

Gérard Lanvin et Franck Dubosc. Daniel Angeli Et oui, j'ai vu Camping. Ca vous en bouche un coin, non ? Et en plus je vais en faire une recension sérieuse. Si vous ne savez pas ce que veut dire recension, c'est que vous jouez dans Camping.

Camping fonctionne exactement sur les mêmes ressorts que Bienvenue chez les Ch'tis. Prenez un corps étranger, réputé hautain, difficilement intégrable, et plongez le dans un milieu socio-culturel défavorisé, mais pétri de bons  sentiments et traversé de courants de solidarité tire-larmes. Ajoutez quelques addictions, quelques figures hautes en couleurs, de l'ethno-sociologique rigolo (ou presque), secouez.

Bienvenue chez les Ch'tis n'était pas un chef d'oeuvre, c'est sûr, mais globalement la recette ci-dessus fonctionnait, et comme je le dis dans ma recension (vous êtes toujours là, vous !), j'avais rigolé.

Dans Camping la recette est exécutée par un mauvais marmiton, et les blagues relèvent d'un médiocre mirliton (hum, faut que j'arrête là).  Du genre : "Chassez le naturiste, il revient au bungalow".

Dubosc est infiniment moins bon que Danny Boon (une palette beaucoup plus réduite), Lanvin idem vs Kad, le Nord est bien supérieur à la faune campingesque, les péripéties de Camping sont bâclées par rapport à celles de Bienvenue (on n'aura même pas vu le match de volley contre les nudistes : que des promesses !).

Bref, je voulais voir le 1 pour savoir si j'irais voir le 2.... et la réponse est non.

 

1e

Commenter cet article

Thomas Grascoeur 28/04/2010 12:07

Très décevant...

pierreAfeu 27/04/2010 22:43

Vu ! D'ailleurs, Chris, tu aurais pu attendre qu'il passe sur France 3... En deux mots : bof bof... Côté comédie c'est pas vraiment ça (je n'ai vraiment ri qu'une fois, quand Patrick Chrirac dit que chez Amora on l'appelait Bernadette), et côté "sentiments", au secours ! Et la fin, c'est du grand n'importe quoi. Bref, un film gentil, qui se regarde mais s'oublie aussitôt. Je préfère les Chtis moi aussi...

pierreAfeu 27/04/2010 14:59

Je me demande ce qui est le plus chiant : le camping de Boulogne sur mer ou Bergman ???

Vincent 25/04/2010 15:37

Mouais, tu peux très bien camper à Boulogne-sur-Mer et regarder un Bergman le soir.
Si le rapprochement plus ou moins direct avec Zemmour t'a effrayé -et je peux le cômprendre- c'était juste au niveau du rapprochement douteux que tu as écrit (même si a priori "fondé" dans ton cas, quoique), le genre d'assimilations faciles et un poil calomnieuses.

Chris 25/04/2010 11:38

Salut Vincent, cela faisait longtemps qu'on n'avait pas de nouvelles de toi !
Si le défavorisé te semble mal choisi (il l'est peut-être) tu peux le remplacer par "pas particulièrement favorisé", ou "peu ouvert à l'extérieur" ou "confronté à des problèmes sociaux - alcoolisme, chômage, dissolution des structures familiales - sans avoir les outils conceptuels susceptibles d'élaborer des solutions d'ensemble", enfin, tu vois l'idée.

J'en parle d'autant plus tranquillement que JE suis issu de ce milieu. J'ai été élevé dans l'Est (c'est pire que le Nord, car le ciment culturel y est moins fort) dans un milieu sans livres, sans cinéma, et au milieu de l'alcoolisme, du chômage et d'affaire type Grégory (omerta, sexe, silence). Pour être précis je suis Vosgien, né à 10 km de Granges sur Vologne.
Mes parents m'emmenaient en caravane (comme dans le film) en camping à Palavas les Flots ou à St Jean de Monts, et je vivais exactement les mêmes choses : élections de miss à la con, conflits de voisinage, premiers émois... Donc je sais exactement de quoi je parle et le mot "défavorisé" me semble pour ma part adapté sans être insultant. Etant parvenu à sortir de ce milieu, il ne me viendrait pas à l'idée de dire qu'il était "favorisé", je te prie de te le croire, et je n'aurais aucune envie d'y retourner !

Sinon je n'ai pas bien suivi l'affaire Zemmour, donc, je ne sais pas à quel point tu m'attaques en écrivant cela.