Christoblog

Au-delà

Matt Damon. Warner Bros. FranceNul, pitoyable, bâclé, mièvre, superficiel, mou, racoleur, ridicule, ennuyeux, plat, vide de sens, inutile : et vous, quel adjectif trouverez-vous pour qualifier l'infâme Au-delà ?

Regardez Matt Damon sur cette photo : il ressemble à une éponge. Et bien, en vérité je vous le dis, il joue comme une éponge, il parle comme une éponge.

Cécile de France est toute contente d'être là, elle rigole en bêtasse franchouillarde, essayant de se doubler elle-même en Français et n'y arrivant que partiellement. Pauvre France (l'autre), montrée d'une façon aussi caricaturale que le rugby dans Invictus. Mitterrand vu par le fin connaisseur Eastwood : coureur et malhonnête ! Ca c'est de l'annalyse politique de haute volée !

Seul avantage de ce navet abyssal qui ferait passer Somewhere pour un chef-d'oeuvre débridé, c'est que l'imposture qui consiste à considérer Eastwood comme un grand réalisateur devrait normalement commencer à apparaître clairement aux yeux de tous.

Au-delà est en-dessous. De tout.

Certains trouvent que ma critique manquent d'arguments. Alors voici un complément.

 

Les Bisounours chez les morts. Ils sont sympas les morts. D'abord, ils sont toujours très disponibles pour répondre à Matt, notre interphone céleste. Gentil papa incesteux demande à fifille de lui pardonner. Bouh, comme c'est beau. Madame demande à Monsieur de refaire sa vie avec une autre, et sans traîner. Bouh, comme c'est altruiste. Jason a l'air de s'éclater comme un fou là-haut, il rigole tout le temps, trop drôle d'être mort. En plus il intervient dans la réalité, sauve son frère, et le remet face à ses responsabilités : soit un homme, aurait dit l'inspecteur Harry. Et une petite question amusante : si notre médium prend les mains de son frère, il parle avec ses parents ?

 

Les Bisounours au pays des catastrophes. C'est beau un tsunami. Quand vous êtes sur un balcon et que vous voyez tout ce beau spectacle en bas (sans que votre immeuble tremble, c'est un miracle), vous ne pouvez vous empêcher d'être ému. Quelques plans plus tard, votre immeuble a disparu de la plage (il a du avoir une faiblesse inopinée), mais ouf, au milieu des débris bien rangés par petits tas d'égale hauteur, et au milieu de cadavres déjà soigneusement alignés sous des draps miraculeusement repassés, vous retrouvez, par hasard, votre bien-aimée ! Celle-ci, emportée par les flots furieux n'a pas lâché le bracelet acheté à la petite fille (trooop mignonne) dont le nounours a suivi par miracle notre journaliste rescapée, le tout dans une eau cristalline.

Marcus, sur le quai de métro, n'a pas un cheveu qui bouge, et ne semble pas souffrir des oreilles alors qu'une bombe de grande puissance vient d'exploser dans un espace confiné à quelques dizaines de mètres de lui : ce gosse a quelque chose de spécial, vraiment.

 

Les Bisounours savent conclure. Ha, cette scène finale ! Une seule comparaison possible : notre grand Lelouch sur un scénario de Musso, notre futur prix Nobel de littérature. Tout y est : le regard éperdu de Cécile, la vision de Matt qui se voit tendrement chercher les lèvres de son amour, les mains qui s'unissent, la caméra qui tournoie, le ralenti, la musique. Rien à redire, c'est parfait. Et le décor, j'oubliais cette sublime galerie couverte, romantique en diable et si naturelle.

 

Je m'arrête là mais j'en aurais d'autres : Les Bisounours et Tonton, Les Bisounours au pays des pubs Blackberry, Les Bisounours font de la cuisine italienne, Les Bisounours jouent au travelling, Les Bisounours visitent une clinique, Les Bisounours à France Télévisions, Les Bisounours écrivent un livre, etc, etc.


1e

Commenter cet article

Anatole 15/08/2011 14:38

Je suis bien d'accord. Une déception inouie de la part d'Eastwood. C'était d'une platitude et d'un ennui infini. Et aussi Matt Damon peut etre bon comme complétement nul, il a le meme jeux d'acteur dans Raisons d'Etat, il était épouvantable.
(Par contre j'ai beaucoup aimé Somewhere...)

Hérodonte 10/02/2011 12:27

J'interviens seulement pour parler de Spielberg. J'ai lu à la première page que les quatre derniers films de Steven Spielberg étaient académiques. Dans ces quatre films, il y a Munich et La Guerre des Mondes. Ce ne sont vraiment pas des films académiques...

Pour Au-delà, je trouve qu'il y a quelques fulgurances notamment sur toute la partie américaine. C'est dommage qu'il ne fasse pas preuve de retenue dans cette scène finale.

contre-plongee 06/02/2011 21:11

J'en étais sur, ce sont les Bisounours qui m'ont mis sur la voie ! :D
Bravo en tous cas, au milieu de ces louanges, ton cri du coeur était le bienvenu !

En son temps, j'avais moi aussi pris ma plume pour râler sur le "Secret" de Claude Miller, bouse absolue. Entendre Jérome Garcin lire ses propres anneries a été une expérience inoubliable, le début de la gloire quoi :D

Chris 06/02/2011 21:00

Eh oui, c'est bibi, cité au Masque et la Plume ! Damned, c'est le début de la célébrité ! C'est la première fois que je leur transmets une critique et je ne pensais pas être cité, avec mon nom en plus.

contre-plongee 06/02/2011 20:47

Un dénommé Christophe a envoyé une critique acerbe au Masque et la Plume à propos d'Au-dela pour dénoncer le côté Bisounours du film. Serait-ce toi ? :D