Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Christoblog

Gazette du festival d'été

fest-ete-petit-visuel.jpgComme pour le festival de printemps je vais tenir une gazette pour vous informer des tendances qui se dégagent chez les festivaliers :  ffred, Christophe, Anna, Gagor, Laetitia, pierreAfeu, Robin, Bob Morane, Keira, Luocine, heavenlycreature, Jérémy, Ben, Squizz, Hallyne, Claire, Fabien, Kev44600, Tching, Marcozeblog,

Le règlement complet est ,  et il est toujours possible de s'inscrire en cours de festival. Je rappelle le contenu de la sélection :

10 août : Melancholia de Lars Von Trier
17 août : La piel que habito de Pedro Almodovar
24 août : Les Bien-aimés de Christophe Honoré
31 août : La guerre est déclarée de Valérie Donzelli
7 septembre : Habemus papam de Nanni Moretti
14 septembre : La fée de Dominique Abel, Fiona Gordon et et Bruno Romy
14 septembre : Crazy, stupid, love de John Requa et Glenn Ficcara

21 septembre : L'Apollonide, souvenirs de la maison close de Bertrand Bonello
21 septembre : Restless de Gus Van Sant
28 septembre : We need to talk about Kevin de Lynne Ramsay

Bon festival à tous, c'est parti.

4 octobre

Hallyne a voté, provoquant de nouveaux bouleversements en haut du classement. Pour donner une idée, le deuxième à 71 points, le troisième 70 et le quatrième 69 !

J'ai travaillé toute la soirée sur le programme du festival d'automne, lisant a peu près tout ce qui est trouvable sur les films en lice sur internet et visionnant tous les trailers.

Faites moi confiance (vous ai-je déçu pour ce festival d'été ?), le bon équilibre entre les styles, les nationalités et les dates de sortie est le suivant :

9 novembre : Contagion de Steven Soderbergh

  16 novembre : 50/50 de Jonathan Levine

23 novembre : L'art d'aimer d'Emmanuel Mouret

7 décembre : Carnage de Roman Polanski

7 décembre : Shame de Steve McQueen

  14 décembre : 17 filles de Delphine et Muriel Coulin

  21 décembre : A dangerous method de David Cronenberg

3 octobre

Suite aux votes de pierreAfeu, heavenlycreature, et Marcozeblog, Melancholia effectue une incroyable remontée et pointe désormais non loin de la tête de la course (28 points amassés avec ces trois votes).

Certains participants ont abandonné en cours de route, mais j'attends encore au moins encore 3 votants... quel suspense ! Quatre films peuvent l'emporter désormais.

2 octobre (suite)

Ont voté : ffred, neil, Bob Morane, myself, Squizz, Gagor,

Je n'ai jamais vu de festival aussi serré ! Un trio de films se dégage : 48, 47 et 46 points. Hum, les prochains votants vont-ils faire évoluer la situation ? Pierre ? Fabrice ?

Les 6 votants ont désigné 5 premiers différents : Melancholia, La guerre est déclarée, We need to talk about Kevin, Restless et La piel que habito.

Dans les autres catégories les votes sont aussi très dispersés, par exemple 6 films différents sont cités pour le prix spécial. Il y a des ex aequo pour les scénario, les acteurs, les réalisateurs.

Je signale que j'accepte par ailleurs la nomination collective des actrices de l'Apollonide.

2 octobre

Deux votes sont arrivés cet après-midi, mais pour que tout le monde puisse voir tous les films, y compris We need to talk about Kevin, je prolonge la date limite d'envoi des résultats à dimanche 9 octobre, midi.

30 septembre

Il vous reste tout le week-end pour compléter votre programme ! Dommage qu'il fasse beau....

Ont rendu leur copie, dans l'ordre d'arrivée dans ma boite mail : ffred, neil, Bob Morane, myself,

J'ai en effet vu hier soir le dernier opus de la sélection, We need to talk about Kevin, qui m'a passablement énervé, comme vous pourrez le lire dans ma critique à venir. Si certains veulent négocier un petit délai supplémentaire, il faut m'écrire. Vous pouvez aussi contester ou approuver la sélection du futur festival d'automne, cf ci-dessous.

22 septembre

Une fois de plus c'est ffred qui a fini le premier, et je sens qu'il va me rendre sa copie en primeur, donnant tout de suite une tonalité aux résultats. Un jour, je l'aurai, je l'aurai.

21 septembre

Suspense intégral pour les 15 derniers jours du festival, qui s'avère être pour moi d'un niveau jamais atteint ! Je pensais être clair dans mon classement avant d'avoir vu Restless, qui a tout (moi et mon classement) bouleversé. Je suis tenté de dresser un parallèle osé entre ce dernier et La guerre est déclarée : même lutte de la vie contre la mort, et d''ailleurs, leur titre ne sont-ils pas synonymes ? Parmi les blogueurs, plusieurs ne sont plus qu'à un film de la fin : c'est mon cas, mais aussi celui de neil et de  ffred. Encore un effort, amis cinéphages !

Et je travaille sur le programme du festival d'automne, vous ne vous en sortirez pas comme ça.

13 septembre

Pour ma part j'ai vu les 6 premiers films et je peux vous révéler le premier (pour l'instant) : La guerre est déclarée. Et le dernier : Habemus papam. Sinon, la compétition va être extrêmement serrée, vous pouvez vous en rendre compte en lisant les artcicles des uns et des autres. Voici un décompte des articles publiés sur chaque blog (avec mes excuses pour les erreurs éventuelles) : neil (7),  ffred (5), Christophe (4), Anna (2), Gagor, Laetitia (5), pierreAfeu (5), Robin (2), Bob Morane (6), Keira (5), Luocine (3), heavenlycreature (5), Jérémy, Ben (1), Squizz (4), Hallyne (1), Claire (1), Fabien (1), Kev44600 (2), Tching (3), Marcozeblog (4)

2 septembre

Le plus avancé en matière de billets est neil, qui a vu presque tous les films ! La compétition s'annonce très ouverte puisque de façon curieuse et inhabituelle les films sortis (Melancholia, Les bien-aimés, La guerre est déclarée) sont appréciés de 1 à 4 **** suivant les blogueurs. La piel que habito est en moyenne apprécié, mais sans plus. Bien malin qui pourrait dire le gagnant si l'on votait aujourd'hui.  Pour l'interprétation féminine je me permets de suggérer une favorite, Chiara Mastroianni, rayonnante dans le film de Honoré.

28 août

C'est sûrement à cause des vacances, mais on attend toujours la première critique concernant le festival sur plusieurs blogs de participants :  Christophe, Anna, Gagor, Robin, Hallyne, Claire, Kev44600, Tching, mais ça ne saurait tarder j'en suis sûr. Parmi les nouveaux participants, vous pouvez lire des avis sur Melancholia chez Keira, Luocine et Laetitia. Les premiers articles sur Les biens-aimés sont plutôt bons, et confirment que la compétition va être très serrée. Sur Christophe Honoré, je vous conseille une série d'article passionante chez Phil Siné.

25 août

Les allocinéens se débattent avec leur transfert vers Overblog. Von Trier et Almodovar semblent au coude à coude pour ce début de festival, avec une légère avance pour ce dernier. Les autres films, sortis ou non (Les biens aimés, La guerre est déclarée, Habemus papam) arrivent avec des avis très élogieux (au moins 1 blogueur a donné la note maximale à chacun d'entre eux) - ou moins. Cf ci-dessous, et les blogs de  ffred, heavenlycreature, neil, pierreAfeu. Les débats risquent d'être d'agités...

20 août

Et voilà. Première ligne de fracture autour de Melancholia. D'un côté, ceux qui ont aimé, c'est à dire presque tout le monde, de l'autre ... moi ... et qui ? Je me sens un peu seul sur ce coup là. Heureusement que Pierre Murat dit (un peu) ce que je pense dans Télérama : "Melancholia marque un retour à un dandysme pompier, factice et vain". Je vous conseille aussi la longue, précise et remarquable critique de Rémi.

 

Voir les commentaires

We need to talk about Kevin

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/83/94/48/19736304.jpgLe problème avec les films comme We need to talk about Kevin, c'est que leur scénario est tellement fort qu'il vampirise le film.

 

Autrement dit, l'histoire garde sa force que le film soit un chef d'oeuvre, ou qu'il soit tourné avec les pieds, ce qui est plutôt le cas ici.

 

Rappelons brièvement le pitch : les relations amour / haine d'une mère et de son fils, conduisant (ou pas ?) ce dernier à tuer quelques uns de ses camarades de classe, dans la plus pure tradition Columbine.

 

Ce que je reproche au film tient principalement en deux points : il n'a pas de style, et il est beaucoup trop explicatif.

 

Sur le style, pas la peine de s'étendre, il ne ressemble à rien. Les flashbacks sont placés au petit bonheur, Lynne Ramsay semble toujours expérimenter de nouveaux trucs sans en fixer un en particulier, et sa direction d'acteur est très sommaire. Tilda Swinton joue sur un seul registre : bouche mi-ouverte, regard égaré. Ezra Miller a invariablement l'air de celui qui sait des choses que les autres ne savent pas, habité à l'évidence par des forces malfaisantes.

 

Le film nous assène ensuite tous les clichés imaginables dans ce type de situtation, dont le plus énorme : si Kevin a fait ça, c'est à cause d'Oedipe bien sûr. Et pour qu'on comprenne bien, le film accumule les scènes édifiantes : petit Kevin assiste à une fellation de maman sur papa, grand Kevin est surpris par maman en train de se masturber. Bref, c'est lourd, c'est surligné au fluo, c'est léger comme un char d'assaut. De plus Lynne Ramsay évite de nous montrer les scènes charnières du film (ce qui concerne la petite fille, le massacre lui-même). Vous allez me dire que c'est plein de délicatesse, mais je pense que c'est plutôt un évitement. Je trouve enfin que tout le film baigne dans une atmosphère non réaliste qui est assez gênante.

 

Si We need to talk about Kevin laisse tout de même une "impression durable de malaise", suivant l'expression consacrée, c'est donc presque à son insu.

 

2e

Voir les commentaires

<< < 1 2