Christoblog

Dark waters

Dark waters, s'il n'est pas un chef d'oeuvre, est un exemple de ce que le cinéma peut produire de plus riche et de plus gratifiant pour le spectateur.

Tout est en effet porté à haut niveau d'excellence dans ce dernier film de Todd Haynes. On savait ce dernier grand styliste, mais il porte ici l'art de la mise en scène à son plus haut niveau : tout est habile, beau, stylé dans ce que Haynes propose, des couleurs magnétiquement grisâtres aux plus subtils mouvements de caméra. 

L'interprétation de Mark Ruffalo atteint ici une intensité inusitée (même si dans Spotlight et Foxcatcher, il était déjà formidable), pleine de failles et de creux. Rarement la sourde obstination d'un justicier laborieux aura trouvé si parfaite illustration.

L'aspect documentaire donne au film une profondeur incroyable : rien n'y est simple, tout y est long. 

Pas forcément facile d'accès, Dark waters enthousiasme par sa puissance et sa densité. Un must de 2020.

Todd Haynes sur Christoblog : Loin du paradis - 2002 (*) / Carol - 2015 (*) / Le musée des merveilles - 2017 (****)

 

4e 

Commenter cet article

Jemiso 17/07/2020 17:48

Lors de sa sortie en fevrier ce film ne me disait rien mais 'vos quelques lignes m ont convaincu d aller le voir.
Et c est vrai ce film est passionnant, riche d informations en essayant de rendre la chimie comprehensible par
tous.il m a meme reconcilie avec ruffalo apres ses aneries chez marvel

Chris 17/07/2020 18:43

Je suis 100 % d'accord. Ravi que ma critique vous ait fait passer un bon moment !