Christoblog

Jusqu'à la garde

Xavier Legrand, avec ce premier film récompensé doublement à Venise, et encensé par la critique, signe une entrée retentissante dans le cinéma français.

Il reprend approximativement  les deux personnages de son précédent court-métrage (Avant que de tout perdre) là où il les avaient laissé. Denis Ménochet et Léa Drucker jouent toujours Miriam et Antoine. Le divorce a maintenant eu lieu, et il s'agit d'organiser la garde des enfants.

Ceux qui connaissent le court-métrage seront probablement moins surpris par l'évolution de l'histoire que ceux qui découvrent cette famille classique - et infernale. 

La grande force du film est de revisiter intégralement le naturalisme à la française. Si la première scène au tribunal est de facture relativement classique (champ/contrechamp, montage ordinaire bien que millimétré) Xavier Legrand enchaîne ensuite avec une mise en scène étouffante, originale et très maîtrisée. L'attention portée aux sons est par exemple incroyable : le bruit de la ceinture de sécurité ou celui de l'interphone sont des personnages de l'histoire. La scène de la fête d'anniversaire, filmée en condition réelle par de longs mouvements de caméra, est de toute beauté.

La densité du jeu des acteurs, le dépouillement spartiate des péripéties, le travail sur la banalisation des décors : beaucoup d'éléments dans le film contribuent à en faire une oeuvre d'exception dans le paysage du cinéma français actuel, qui n'avait encore jamais montré avec cette acuité l'emprise psychologique d'un homme violent sur sa famille.

Il ne manque pas grand-chose pour la note maximale : peut-être le besoin de ressentir un peu plus le film, plutôt que de l'admirer.

 

3e

Commenter cet article

anne 03/06/2019 14:47

désolée de ne pas faire partie de l'unanimité applaudissante , je me suis beaucoup ennuyée : ces trajets en voiture monotones , cette fête de famille interminable et banale , le jeu de Lea Drucker, toujours le même , seule la dernière scène assez angoissante mérite le déplacement

Sorel 11/02/2018 22:31

Bonsoir, moi c'est le gamin qui m'a bluffé et ... tout le film en fait. Le meilleur de film de l'année ... so far.

Chris 12/02/2018 19:12

Pour moi c'est 3 billboards le meilleur film de l'année !

Cyclo 11/02/2018 22:51

Oui, le gamin aussi est formidable, comme l'était la petite fille dans "L'échange des princesses" !

Cyclo 11/02/2018 19:13

Oui, beau film. Haletant même. Mention spéciale à l'acteur qui joue le héros masculin dont le rôle est ingrat.