Christoblog

Les gardiennes

Quel film moderne ! 

Bien sûr, certains se gausseront de cette introduction et s'étonneront : "Est-ce moderne de prendre son temps pour filmer les travaux des champs  ?" Et bla bla bla sur les champs de blé, les gros boeufs qu'il faut pousser et l'écoulement des saisons.

Pour ma part, je pense que Beauvois est aussi moderne que Millet l'a été (et je conseille la superbe rétrospective que lui consacre le Palais des Beaux-Arts de Lille). Il est en effet franchement osé en 2017 de filmer tout un film en décors naturels, en respectant les lumières et les saisons, et de proposer une histoire d'apparence classique (mais qui se révèlera pleine de surprises).

Le film s'avère être au final tout autre chose que la sage illustration des bienfaits champêtres : il est avant tout une féroce critique de l'égoïsme commun (on est toujours le pauvre de quelqu'un) et un tableau saisissant de tous les aspects de la féminité.

En plus de ses qualités mélodramatiques (on pense à Bronte, à Balzac), Les gardiennes brille aussi par des atouts plus évidents : on aura rarement aussi bien montré la richesse et la complexité de la vie à la ferme, et les images sont le plus souvent somptueuses. Les actrices sont au top, avec une Nathalie Baye plus forte que jamais. La bande-son est travaillée comme un orfèvre (ah, le crissement des souliers vernis avant la mauvaise nouvelle). 

Beauvois filme les paysages comme des visages, et les visages comme des paysages. C'est superbe.

 

4e 

Commenter cet article

ffred 07/12/2017 20:59

Une merveille !

Chris 11/12/2017 22:23

Si heureux que tu partages !

mjfb 06/12/2017 18:38

une superbe réalisation ! les plans sont millimétrés, tout est précis et réglé aussi bien le jeu des acteurs que la mise en scène. Les images sont superbement travaillés, ce sont de véritables tableaux : quelle harmonie de couleurs, je pense qu'ils ont repeint de nombreux éléments de décor pour parvenir à une telle coordination entre les vêtements portés, les éléments construits et la nature environnante.
L'écriture cinématographique est superbe notamment dans l'enchainement des plans de la séquence où le maire vient voir sa nouvelle patronne. Xavier Beauvois n'hésite pas à s'attarder sur des images pour mieux nous imprégner de leur réalité, quelle belle scène romanesque de déclaration d'amour, quel beau baiser de cinéma, il y avait longtemps que je n'avais pas autant larmoyé au cinéma.
Bravo

Chris 06/12/2017 20:46

Je partage ! J'ai pleuré aussi...

anne 06/12/2017 08:36

ouf , nous voilà sortis le temps d'un beau film , de la série des films sociaux. je vais courir le voir

Chris 06/12/2017 20:46

Oh oui, il faut y aller...