Christoblog

Petit paysan

En 1h30, Hubert Charuel tente de bâtir un suspense haletant autour de ce pitch : un paysan tente de dissimuler aux yeux de tous que son troupeau est infecté par une maladie qui nécessite d'abattre l'ensemble des bêtes.

Dans la première partie du film, l'idée fonctionne plutôt pas mal. L'enchaînement des évènements est assez bien vu, et la personnalité du paysan solitaire et trentenaire éveille notre curiosité.

Le scénario est malheureusement un peu faiblard sur la durée. Les seconds rôles sont expédiés sans profondeur. Dommage, car le personnage de la soeur est du coup réduite à celui d'une jeune fille qui fronce les sourcils, et ceux des amis ou de la boulangère, prometteurs, ne sont que des silhouettes caricaturales. Les péripéties deviennent au fil du temps ennuyeuses en même temps qu'improbables (la visite en Belgique n'a pas beaucoup de sens). 

Le film se réduit progressivement à son contenu programmatique : décrire la symbiose d'un paysan avec ses bêtes, et le déchirement de devoir s'en séparer. C'est à la fois sympathique, car le bétail est très bien filmé, mais insuffisant. Petit paysan souffre de la comparaison qu'on ne peut manquer de faire avec le film islandais Béliers, d'une toute autre force, et qui porte sur le même sujet.

 

2e

Commenter cet article

Bellin 05/09/2017 14:05

Voici un thriller naturaliste tout à fait épatant. Qui mérite amplement 3 étoiles voire plus. Œuvre à la fois documentaire et fictionnelle, psychologique et sociologique, humaine et animale. C’est palpitant, haletant, parfois stressant. Avec une mise en scène confinant parfois au fantastique. Pas une minute d’ennui ni de répit. Les seconds rôles, quoique incisifs, se fondent légitimement dans le décor. Une œuvre originale et forte. Interprétation parfaite du bipède principal et de ses copines à cornes. Bref, c’est vachement génial !

Christophe Grosjean 05/09/2017 18:16

Cela faisait longtemps que je n'avais pas eu le plaisir de lire un de tes commentaires !
Mais pour cette fois-ci, nous ne sommes pas d'accord... je me suis ennuyé dans toute la deuxième partie. Il faut dire que la comparaison avec le génial Béliers est écrasante pour le film.