Christoblog

Free fire

Free fire est une nouvelle preuve de ce que l''on savait déjà : Ben Wheatley a un talent fou, qu'il n'exploite que de façon parcimonieuse.

Comme souvent chez Wheatley, l'argument du film sonne comme une invitation à l'exercice de style : un gunfight en huis-clos dans un entrepôt, avec reconstitution des années 70 (donc sans téléphone portable, si vous pouvez imaginer cela).

Evidemment, tout invite à penser à Tarantino : la fascination pour les armes, les punchlines égrenées comme des perles dans un collier, l'utilisation percutante de la musique, le rôle musclé et déterminant de la seule femme du casting (excellente Brie Larson), les situations sadico-ubuesques, etc. Mais là où Tarantino parvient à faire décoller sa fusée, Wheatley ne réussit malheureusement qu'à attiser notre curiosité avant de la lasser.

Le film vaut donc surtout par l'intérêt qu'on pourra porter à ses "tronches" et à leurs interactions. Pour ma part, j'ai apprécié le jeu de chamboule-tout que propose le scénario, sans porter trop d'attention aux longueurs de la deuxième partie, et en jouissant du plaisir simple que procure une tête écrasée sous une roue de camion. Je rigole.

 

2e

Commenter cet article

Merci 05/07/2017 21:10

bonjour,
en quoi trouvez-vous, dans ce film, que Wheatley a "un talent fou" ?!!

Chris 06/07/2017 06:59

Dans la fluidité de la première demi-heure, sa capacité à installer une ambiance, à dessiner rapidement et efficacement les contours d'une personnalité, le rythme du montage, le choix des différents cadrages en fonction de la scène filmée, la perfection de la direction artistique (costume, décor), l'acidité des dialogues, etc... toutes qualités déjà présentes dans Touristes ou Kill list par exemple.
Malheureusement jamais exploitées sur la durée d'un long-métrage...