Christoblog

Rebecca

Il est parfois de délicieux de revoir un film qui nous a marqué étant enfant ou adolescent. La vision la semaine dernière sur Arte du premier film américain d'Alfred Hitchcock m'a procuré un grand plaisir.

Non pas que le film soit un chef d'oeuvre : certaines de ces caractéristiques (le jeu très typé des seconds rôle, comme la servante par exemple) sont un peu datées, et le film est au global trop démonstratif pour être vraiment génial.

Le plaisir que procure Rebecca est d'un ordre qui dépasse l'esthétique.

Il nous rappelle :

1 - Que la puissance d'un bon scénario peut être à proprement jouissive, quand elle se double d'une véritable évolution des personnages au fil du film. On ne sait plus aujourd'hui faire un film dans lequel un personnage féminin évolue de façon crédible du statut de charmante gourde à celui de solide complice amoureuse. Les transformations physiques de Joan Fontaine et de Laurence Olivier sont stupéfiantes.

2 - Le génie d'un réalisateur transcende les limites techniques de son époque. Le film est éclairé avec magie, et propose des mouvements de caméra incroyablement inspiré. Le montage semble calculé pour ne pas laisser une seule séquence inutile.

L'expérience me donne furieusement envie de revoir Notorious, La mort aux trousses et beaucoup d'autres. A suivre...

 

3e

Commenter cet article

Angelilie 10/03/2017 14:02

toujours un plaisir de flâner sur vos pages. au plaisir de revenir