Christoblog

Paterson

Quel ennui ! 

Paterson répète sept fois (oui, 7 fois) la même histoire minimaliste, avec d'infimes variations.

Certains esprits éclairés verront quelques variantes dans chaque journée, mais la vérité c'est que chaque jour ressemble au prochain et au précédent, et qu'on s'y ennuie profondément.

Il faut d'abord dire que je suis très peu sensible (doux euphémisme) au talent poétique du héros : ce qu'il écrit est moche.

Mais en admettant que cela ne soit qu'une opinion personnelle, le reste du film me laisse profondément insensible et même, oserais-je l'avancer : les trucs en noir et blanc du personnage pauvrement interprété par Golshifteh Farahani m'horripilent au plus haut point.

Bref, je trouve le film répétitif : Je regarde ma montre, je déjeune, je marche dans la rue, j'écris un poème dans le bus, je parle à un collègue qui a plein de problème, je conduis, les aiguilles de ma montre s'accélèrent, je rentre à pied, je redresse la boîte aux lettres, je suis gentil avec ma femme, je vais discuter dans un bar où le même couple chaque soir se déchire.

Même si sa légèreté peut occasionnellement lui donner une certaine beauté, il manque à Paterson le souffle nécessaire pour tenir sur la durée.

 

1e

Commenter cet article

krol 14/01/2017 10:32

Vu ce film hier soir. Je me demande encore où voulait en venir le réalisateur ? Quel but ? Parce que tout ce que vous dites est vrai et surtout les poèmes du personnage principal n'ont aucun intérêt. J'ai aimé quelques micro-scènes, le chien m'a amusé mais ça ne suffit pas à faire un bon film. Je n'ai pas compris. Oh et puis cet amour dégoulinant et niais !!!!

Chris 15/01/2017 19:42

Nous sommes parfaitement en phase !

monique debarbieux 02/01/2017 20:44

Je me sens moins seule! Je suis tout à fait d'accord avec cette critique!