Christoblog

La danseuse

Les bons sujets ne font pas les bons films, et La danseuse en est la preuve éclatante.

Le personnage réel de Loïe Fuller est en effet sur le papier captivant : enfant du grand Ouest américain, gloire des cabarets parisiens du début du XXe siècle, danseuse masochiste torturant son propre corps, fondatrice de la danse moderne sous bien des aspects.

De ce beau matériau de départ, Stéphanie Di Giusto fait un pensum malheureusement glacé, desservi par une direction artistique beaucoup trop léchée. Les décors de western, les intérieurs bien éclairés - et très jolis, les costumes tout droit sortis de l'atelier, le château vide extraordinairement photogénique : le film paraît à la fois très ambitieux d'un point de vue formel, et un peu cheap (à l'image du bateau qui traverse l'Atlantique et qu'on ne voit pas). Chaque scène en elle-même est visuellement travaillée, sans qu'on sente un regard de créateur pour donner une unité à l'ensemble.

C'est une esthétique de lumière morte et trop rasante que propose La danseuse, qui m'a finalement empêché d'entrer dans le film. Emportée dans son élan David Hamiltonien, la réalisatrice arrive à faire apparaître belles les pires conditions de vie (celles de la remise aux Folies Bergères par exemple). C'est gênant.

Le deuxième gros défaut du film, c'est son scénario.

Certains reprochent à Stéphanie Di Giusto d'avoir minoré l'homosexualité de Loïe Fuller. C'est un procès à mon avis un peu vain, dans le sens qu'un créateur fait bien ce qu'il veut de son sujet de départ, que ce dernier soit une oeuvre ou un personnage réel. Un film de fiction n'est pas un documentaire, et ne doit aucun respect à ses sources.

On peut toutefois se demander si les artifices qu'emploie le scénario pour pallier ce hiatus n'affaiblissent pas globalement le film : le personnage que joue Gaspard Ulliel, totalement inventé, est d'une faiblesse criarde et le chaste béguin du personnage jouée par Mélanie Thierry semble absolument superficiel.

Reste au crédit du film l'interprétation habitée de Soko (qui en fait peut-être un chouïa trop), et le beau passage de sa rencontre avec Isadora Duncan. 

Le film, qui m'a rappelé à certains moments le Marguerite de Xavier Giannoli en moins bien, cumule au final trop de maladresses et de clichés stylistiques pour être vraiment recommandable.

 

2e

Commenter cet article

Gekko Hopman 29/09/2016 13:30

Votre façon de botter en touche les accusations d'hétérocentrisme relève de l'homophobie ordinaire et de la mauvaise foi. On ricanerait si on faisait d'un Zola ou d'un Rodin les héros homos d'un biopic queer. Pourquoi excuser le révisionisme de Stéphanie Di Giusto sinon par mépris ? C'est écœurant.

Chris 29/09/2016 20:17

Je vois que vous ne répondez pas à ma principale observation : quel respect un auteur devrait-il à sa source d'inspiration ? Un Rodin queer me conviendrait rapidement, s'il était réussi !

anne 29/09/2016 12:31

je n'ai pas vu le film , mais le commentaire me plait beaucoup par son intelligence , en particulier les lignes sur l'homosexualité de la danseuse Il y a un commentaire hyper agressif sur ce sujet dans Mediapart.
malgré le commentaire plutôt négatif ,j'irais peut être le voir à cause du personnage d'Isadora Duncan .