Christoblog

L'hermine

Le dernier film de Christian Vincent entrelace subtilement plusieurs thèmes.

Le premier est passionnant. Il s'agit de suivre un procès d'assises très commun (un bébé de sept mois tué parce qu'il pleurait trop) de l'intérieur. Il n'est pas si courant de voir comment les jurés d'assises vivent leur expérience

Habituellement, les films de procès, dont le parangon est bien sûr Douze hommes en colère, s'attachent à bâtir un suspense sur la culpabilité de l'accusé. Ici, rien de ce type : le film s'attache à montrer les doutes, le travail de réflexion des jurés, les liens qui se tissent fugitivement entre eux. Le verdict est d'ailleurs d'une certaine façon expédié, escamoté.

Le deuxième thème du film est le personnage du juge lui-même : un homme sec, désagréable, mais qui réalise son travail avec précision et efficacité. On dit parfois que certains grands films sont des documentaires à propos de leur acteur principal, et c'est l'impression que l'on a en regradant L'hermine. Fabrice Luchini, qui est loin d'être mon acteur préféré, trouve ici un de ses tout meilleurs rôles : il ne surjoue jamais (un exploit pour lui !) et son personnage évolue tout en finesse. 

Le troisième thème du film est une histoire d'amour légère, aérienne, incroyablement ténue et fragile, entre le juge et un médecin urgentiste joué par la superbe Sidse Babett Knudsen (la présidente de Borgen). Il fallait sa classe naturelle et la formidable mobilité de son visage pour que l'on puisse croire à cette romance platonique, semblant provenir d'un autre espace-temps.

Le film permet à ces trois thématiques de ce répondre l'une l'autre. Sous ses dehors anecdotiques, il s'avère d'une belle et riche profondeur.

 

3e

Commenter cet article

Laura 25/11/2015 20:10

Luchini qui ne surjoue pas ? Ca doit vraiment etre a voir !!
C est en parti pour ca que l hermine ne me parlait pas a l origine mais je dois l avouer j entend tellement de critique positive que je vais y courrir !! :)

Bellin 24/11/2015 09:18

Ayant vu et apprécié ce film hier soir, je suis d'autant plus heureux, Chris, de découvrir ta riche critique ce matin. Les trois points d'intérêt sont parfaitement dégagés. Même si ça reste du théâtre filmé, peu à voir avec une icône du 7ème Art, c'est bien mené, efficace, avec des enjeux documentaires et romanesques fort intéressants. Contrat rempli. Et puis, d'accord avec toi : Luchini n'en fait pas des tonnes et Sidse Babett Knudsen est d'une beauté et d'une humanité rayonnantes.

anne 23/11/2015 20:50

curieux de dire que Lucchini , pour une fois , ne surjoue pas ! mais au cinéma Lucchini ne surjoue jamais !C'est un excellent acteur car il joue justement d'une manière très sobre .
Bon d'accord il dépasse souvent les limites au théâtre , à la télévision où il cabotine parfois de façon odieuse .....mais pas au cinéma .

Chris 23/11/2015 22:45

Luchini cabotine aussi au cinéma : dans Dans la maison par exemple, ou dans Potiche.