Christoblog

Comme un avion

Comme un avion marque le retour en forme de Bruno Podalydès.

La première partie du film, qui expose l'acteur-réalisateur en infographiste doux dingue, est particulièrement réussie. On est intrigué, puis séduit, par cet éternel enfant que fait rêver l'Aéropostale.

La figure légèrement inquiétante de Sandrine Kiberlain, trop bienveillante pour être honnête, rehausse l'étrangeté du film pour le porter vers des sommets de bizarrerie poétique.

Le film perd ensuite un peu en intensité quand notre ami passe à l'acte, les effets si légers du début devenant plus appuyés. Arditi en pêcheur psychopate, Vimala Pons en évidente aguicheuse, sont des clichés certes efficaces mais un peu téléphonés.

De cette seconde partie on retiendra principalement la sensualité épanouie d'Agnès Jaoui, remarquable en femme d'âge mûr jouant avec les post-it.

Un éloge de la fugue nécessaire et plaisant.

 

2e  

Commenter cet article

anne 03/07/2015 23:42

film très jouissif auquel je donnerais 4 étoiles

le début est un peu ennuyeux , mais à partir du moment où le kayak est sur l'eau , c'est le bonheur total
d'ailleurs les spectateurs en sortant de la séance avaient tous un gd sourire
c'est le plus important , non ?

Pierre 15/08/2015 17:10

j'étais un de ceux là. Grand sourire aussi.
J'adore la photo choisie par Chris: une de mes scènes favorites du film(je serais aussi tombé amoureux de cette fille)