Christoblog

Palmarès Festival de Cannes 2015

Palme d'or : Dheepan, de Jacques Audiard

Le film d'Audiard est fabuleux dans sa première partie avant de verser dans sa toute fin dans ce que je trouve être une faute de goût. Mais ce n'est pas une Palme scandaleuse.

Grand Prix du jury : Le fils de Saul, de Laszlo Nemes

Mérité, ce film extraordinaire aurait pu prétendre à la Palme.

Prix du jury : The lobster de Yorgos Lanthimos

Le jeune grec fait une proposition de cinéma hors norme, très plaisante, et ce prix est mérité lui aussi, même s'il était le candidat idéal pour le prix du scénario.

Prix de la mise en scène : The assassin de Hou Hsiao Hsien

C'est un des deux films de la compétition que je n'ai pas vu.

Prix d'interprétation masculine : Vincent Lindon dans La loi du marché

Si un point réunissait tous les spectateurs de la Croisette, c'est bien celui-ci. Indiscutable et indiscuté.

Prix d'interprétation féminine : Emmanuelle Bercot dans Mon roi, et Rooney Mara dans Carol

Même si je n'aime pas le film de Maïwenn, il faut bien reconnaître qu'Emmanuelle Bercot y est formidable (bien meilleure que le cabotin Vincent Cassel). Quand à Mara, c'est un peu curieux de reconnaître sa performance dans ce qui est finalement un second rôle, mais là encore, la décision du jury n'est pas scandaleuse.

Prix du scénario : Michel Franco pour Chronic

C'est toujours le prix dont on ne sait pas trop quoi faire. Curieux de le donner à un film dont le scénario ne semble justement pas le point fort, et qui se termine par une solution de facilité démontrant un manque de maîtrise.

Conclusion

Le jury a visiblement privilégié des films novateurs et puissants dans leur forme : le Audiard bénéficie d'une mise en scène efficace et souvent impressionnante, le Nemes est un objet radical, comme le Brizé ou le Maïwenn dans leur genre, et The lobster est l'histoire la plus originale vue depuis longtemps au cinéma. 

On comprend mieux à travers cette grille de lecture pourquoi les deux autres films qui avaient largement séduit la critique (dont votre serviteur) sont absents du Palmarès : Mia Madre de Nanni Moretti et Mountains may depart de Jia Zhang Ke sont d'une facture plus classique que les films récompensés.

A ce bémol près, le Palmarès est équilibré et plutôt satisfaisant. Le jury a aussi évité de donner des prix aux films dont la sélection même pouvait être critiquable, comme le Van Sant ou le Donzelli.

A l'année prochaine.

Retrouvez l'intégralité de mes chroniques cannoises 2015 : Journal de Cannes 2015.

 

Commenter cet article

dasola 27/05/2015 11:02

Bonjour Chris, personnellement, je suis très contente pour la palme à Jacques Audiard qui est un réalisateur que j'apprécie beaucoup même si je ne suis pas fan de Rouille et d'os, tous les autres m'ont emballée depuis son premier Regarde les hommes tomber. Sinon, je suis aussi très contente pour V. Lindon, remarquable dans La loi du marché. Bonne journée.

Jeanne 25/05/2015 12:45

Tu voudrais bien remettre le post concernant tes pronostics avant les résultats stp ? Ton palmarès à toi m'intéresse !