Christoblog

Pt'it quinquin

Si on confie à Bruno Dumont la réalisation d'une série, comme vient de le faire Arte, nul doute qu'il fasse bien du Bruno Dumont.

Pas de surprise donc à ce qu'on retrouve dans Pt'it quinquin les qualités et les défauts du réalisateur :  un sens prodigieux des éclairages et des paysages, des fulgurences de mise en scène saisissantes, mais aussi un penchant pour la destructuration du récit et un intérêt douteux pour la cohérence de l'intrigue.

A Cannes, ou le film fut présenté à la Quinzaine, l'accueil fut à la fois enthousiaste (l'effet de surprise jouant à fond, Dumont se permettant ici quelques traits d'humour, ce qui n'est pas son habitude) et violemment négatif pour une petite minorité du public, qui considérait que Dumont exploitait les handicapés qui constituent ici une partie de son casting.

Ce sont en fait les deux types de réactions que la série a alternativement généré chez moi : au début un grand plaisir de découverte et de curiosité (les paysages du Boulonnais prennent ici un air particulièrement exotiques), mélangé à quelques sourires, puis un ennui grandissant dû à une intrigue qui s'effiloche et à des scènes qui mettent mal à l'aise. 

Si Bernard Pruvost, qui joue le commisssaire, semble en effet bien être un handicapé qui joue l'acteur, on n'a pas forcément la même impression avec d'autres participants à l'aventure, je pense au frère et aux grands-parents du personnage principal par exemple.

On comprendra que les gens du Pas de Calais n'acceptent pas facilement cette vision d'auteur qui donne d'eux une image peu engageante : arriérés et raciste (car Pt'it quinquin l'est sans contestation). La banderolle déployée au Parc des Princes par les supporters du PSG il y a six ans («Pédophiles, chômeurs, consanguins : bienvenue chez les Ch'tis») a laissé des traces qui trouvent ici un écho. 

Au final, reste pour moi quand même une impression plutôt positive, le talent exceptionel de Bruno Dumont (les majorettes !) effleurant souvent la surface de cette OVNI télévisuel, qui au passage ne respecte aucun canon des séries habituelles. Les audiences sur Arte ayant été très bonnes, une suite est maintenant envisagée.

 

2e

Commenter cet article

anne 27/10/2014 21:48

je l'ai vu il y a déja un bon moment à la télévision , presqu'aucun souvenir , je me souviens seulement d'un grand ennui et de beaucoup de gêne devant certaines scènes , moqueuses ou non ?
beaucoup de succès ce film ?
arte va recommencer ? incroyable !
de toute façon , je n'irai plus jamais revoir un film de cet homme , trop lugubre pour moi

Bellin 26/10/2014 09:42

Ton article, Chris, est mitigé. Il montre bien l'ambiguïté peu sympathique de l'entreprise qui, paraît-il, va avoir une suite. Mon opinion est franchement négative. Je n'ai pas du tout accroché, j'ai très peu ri, l'ennui s'est peu à peu installé tout au long d'une interminable et grotesque intrigue qui ne pouvait finir qu'en queue de vache, pardon, en queue de poisson. Bien sûr, il y a des tronches inoubliables, un bec de lièvre attendrissant, des majorettes délicieusement pataudes. Mais le plus intolérable pour moi, c'est le mépris de l'auteur pour ses personnages. Il s'en défend mais on le sent. (Seule oasis : les scènes de tendresse maladroitement esquissées entre les deux gamins.) Mais on ne se moque pas impunément des pauvres, des paumés, des bouseux du Nord, des handicapés congénitaux. Certes de formidables acteurs mais manipulés par le génial Dumont. C'est toujours à leur dépens qu'un réalisateur misanthrope, et ses aficionados un brin snobs, s'en tirent parce qu'ils sont du côté des gens sans disgrâces physiques, sans tics, sans intellect en panne (mais bonjour les névroses à l'intérieur !).

Non, décidément, une série plus que douteuse et un talent dévoyé.

Pierre 15/08/2015 17:25

j'ai adoré et dés le début beaucoup beaucoup rigolé...loufoque, personnages, même émotions avec les gamins...
mais mais mais je n'arrive pas à savoir si Dumont (et nous) rigolons avec eux ou contre (ou un peu des deux).
Je sais qu'il y a deux avis mais il me semble que ce sont plus des gens non concernés qui se plaignent au nom des personnes qui travaillent sur le film...une peu comme dans tous les cas de ces stand up comédiens comme Timsit attaqués non pas par leur sois-disant "victimes " mais par des mères la virtue qui montent vite sur leurs grands chevaux et je crois finissent par être encore plus insultant que Dumont (s'il était) envers ces acteurs...le gamin est très bon (une sorte de Woody Harrelson).
Les flics sont pas plus bizarre que chez Mocky ou Bunuel ou Chabrol...
un jour je la regarderai à nouveau et peut-être aurais une différente perception.