Christoblog

La chambre bleue

Il y a plusieurs films dans La chambre bleue.

Le premier pourrait être le polar, dans lequel on se demande qui a tué qui, avec la complicité de qui. Ce film là n'est pas très passionnant : Amalric ne cherche d'ailleurs pas à maintenir un incroyable suspense sur ce plan.

Le deuxième film dans le film pourrait être la chronique de la vie provinciale (ici les Pays de Loire) . Cet aspect est assez bien traité, dans une optique finalement assez fidèle à l'esprit de Simenon : le coin de rue de la pharmacie, la plage des Sables d'Olonnes, les machines agricoles, le tribunal d'une petite ville de province, tous ces éléments dessinent le décor d'une tragédie ordinaire d'une façon convaincante.

Le troisième film est peut-être le moins convaincant à mon goût : c'est l'histoire d'amour, censément être puissamment érotique. Je n'y ai pas vraiment cru, je n'ai jamais senti l'attirance réciproque des deux corps.

Au final, l'assemblage de tous ces aspects sur une durée très courte (le film dure 1h15) pourrait être intéressant, s'il n'était gâché par des afféteries que j'ai jugé assez insupportables : une musique beaucoup trop envahissante, des dialogues qui sonnent faux, des voix qui semblent volontairement mal synchronisées (lors de la première rencontre entre les deux amants par exemple, au bord de la route), un découpage alambiqué, des inserts sans rapport avec la trame principale.

Un film ambitieux, dont les ingrédients ne s'assemblent pas vraiment pour former une oeuvre parfaitement cohérente. 

 

2e 

Commenter cet article

Bellin 01/06/2014 19:03

D'accord, Chris, avec ton commentaire mitigé. Je n'ai guère été convaincu par ce film et ses chichis m'ont agacé, ainsi que la composition d'Amalric - son éternel air de chien battu (c'est ailleurs un formidable acteur). En fait, je me suis rasé et n'ai adhéré à aucun des trois personnages. La critique a encensé une mise en scène inventive que j'ai trouvée pour ma part vieillotte et un tantinet prétentieuse. Un exercice de style qui m'a laissé froid et dépité.

anne 01/06/2014 09:49

il yaurait bcp de choses à dire sur les musiques de film , entre autres qu'une musique envahissante n'est là , dans certains films , que pour masquer l'impuissance du metteur en scène à s'exprimer et c'est insupportable