Christoblog

Les bruits de Recife

Ce premier film du réalisateur brésilien Kleber Mendonca Filho est à la fois profondément sensuel et complètement intellectualisé. On pourra, suivant sa sensibilité, adorer l'un, détester l'autre, ou inversement. Ou les deux. Ou aucun.

C'est un peu comme le mariage du meilleur de Carlos Reygadas (pas évident à trouver) avec une véracité psychologique à la Ulrich Seidl. Vous ne voyez sûrement pas ce que je veux dire, mais d'une certaine façon, moi non plus. D'ailleurs, à ce stade, il me faut bien avouer que j'ai hésité à très mal noter ce film, à le descendre carrément (en déclarant que je m'y suis mortellement ennuyé), pour au final déclarer mentalement et intérieurement qu'il fallait attirer l'attention de la communauté de mes lecteurs (c'est-à-dire entre 2 et 4 personnes) sur son cas. Ce qui ne sert à rien, par ailleurs, puisque le film n'est quasiment pas visible en salle.

Bref, vous ne le verrez pas, je l'ai vu : et du coup, en imaginant que de ce salmigondis d'images curieuses et prétendument inoffensive sorte un futur grand réalisateur, je pourrai dire que j'y étais.

Sinon, il est question de suivre plusieurs personnages d'un quartier résidentiel qui ne se connaissent pas, et de décrire ce faisant quelques turpitudes de la nature humaine de façon assez cruelle et parfois amusante (masturbation féminine sur machine à laver en fin de cycle, l'essorage comme palliatif à l'absence de sextoy). Le film se complique quand il mêle à cette froide rhétorique des éléments oniriques incongrus, et quand il finit même par essayer d'insuffler un peu de thriller dans une trame tissée à la manière Haneke.

C'est à la fois étonnant et consternant, et pour une fois, je refuse donc de donner un avis tranché. Et toc.

 

2e

Commenter cet article

bannish 06/04/2014 15:42

Je comprends ta perplexité, j'avais également du mal à bien identifier ce que je venais de voir. Presque à la manière réaliste d'un documentaire, on est au contact du quotidien de familles d'un quartier petit bourgeois de cette grande ville du nord, pour une intrigue qui ne révèle son secret qu'à la toute fin. La société brésilienne est et sera de plus en plus observée, et, une fois n'est pas coutume, on pouvait peut-être positiver en le voyant comme un élément utile du diagnostic général...

Heavenlycreature 10/03/2014 20:32

Bah moi j'ai rien compris, je me suis ennuyé et endormi... Y a juste 2-3 scènes de rêve qui m'ont un peu sorti de ma léthargie... mais bon... c'est pas assez... :(

Chris 10/03/2014 20:36

Bon en gros, c'est ce que je dis aussi.